ACCUEIL
RETOUR


IMPRIMER
MEDICAMENTS
Recherche : ondansétron ------- Résultat -> Ondansétron - Grossesse et allaitement


Ondansétron - Grossesse et allaitement

Mise à jour : 5 mars 2020



ZOPHREN®


L’ondansétron est un antiémétique antagoniste des récepteurs 5-HT3 de la sérotonine.


ETAT DES CONNAISSANCES

  • Les données publiées chez des femmes enceintes exposées à l’ondansétron en cours de grossesse sont très nombreuses et il n’est pas rapporté d’augmentation du taux global de malformation.
  • Une augmentation minime des fentes labiales ou palatines a été récemment évoquée en cas d’exposition à l’ondansétron au 1er trimestre.
    • Elle serait de l’ordre de 3 cas additionnels pour 10 000 naissances vivantes exposées, soit une prévalence de 0,11% contre 0,08% en population générale.
    • Cette association n’est pas univoque et nécessite d’être confirmée, ce d’autant que certains facteurs de confusion n’ont pas été pris en compte, tels que les antécédents familiaux.
  • Quelques études évoquent également une augmentation des malformations cardiaques (notamment septales) en cas d’exposition au 1er trimestre. La qualité méthodologique de ces études ne permet pas à ce jour de retenir cette association.

EN PRATIQUE

  • Traiter une femme enceinte
    • Dans les situations où la doxylamine ou le métoclopramide, mieux connus chez la femme enceinte, ne conviennent pas, l’utilisation de l’ondansétron est envisageable. Si possible, l’ondansétron sera par précaution débuté après 10 semaines d’aménorrhée (SA) (fin de la période d’organogenèse) en raison des données récentes qui doivent être confirmées (cf. Etat des connaissances).
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    • Ne pas inquiéter la patiente quant au risque malformatif éventuel de l’ondansétron.
    • En cas d’exposition à l’ondansétron avant 10 SA, envisager de principe une surveillance échographique fœtale de bonne qualité ciblée sur le massif facial (cf. Etat des connaissances).
    • Si un antiémétique doit être maintenu, dans les situations où la doxylamine ou le métoclopramide, mieux connus chez la femme enceinte, ne conviennent pas, la poursuite de l’ondansétron est envisageable, en particulier après 10 SA.
  • Allaitement
    • En l’absence de donnée sur ondansétron et allaitement, on préférera utiliser un autre antiémétique chez une femme qui allaite (cliquez ici).

Seuls quelques noms de spécialités sont mentionnés dans ce site. Cette liste est indicative et n’est pas exhaustive.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2020 - Tous droits réservés 2020 -

Recherche autre médicament :

Par saisie


 
Par ordre alphabétique
  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 
  BIBLIOGRAPHIE