Fermer
Imprimer


Bêta-bloquants et grossesse


Mise à jour : 30 mai 2018



Pour en savoir plus :

EN PRATIQUE

  • Dans les indications de cardiologie (HTA, troubles du rythme, angor, insuffisance cardiaque...)
    • le labétalol (Trandate®) est le bêta-bloquant le mieux connu en cours de grossesse, et il est de plus compatible avec l’allaitement.
    • Viennent ensuite :
      • le métoprolol (Lopressor®, Seloken®, Selokot®).
      • le propranolol, en particulier si la patiente envisage d’allaiter (compatible avec l’allaitement).
    • Si ces options ne sont pas adaptées, l’utilisation des bêta-bloquants suivants est envisageable quel que soit le terme de la grossesse (ordre alphabétique) :
    • Si le bêta-bloquant, quel qu’il soit, est poursuivi jusqu’à l’accouchement, en informer l’équipe de la maternité pour lui permettre d’adapter la surveillance du nouveau-né (fréquence cardiaque et glycémie, cf. Effets néonatals des bêta-bloquants).
  • Dans la migraine
    • Le métoprolol (Lopressor®, Seloken®, Selokot®) et le propranolol peuvent être utilisés quel que soit le terme de la grossesse.
    • Cependant, si la patiente envisage d’allaiter, on préfèrera le propranolol, compatible avec l’allaitement.
    • Si le bêta-bloquant, quel qu’il soit, est poursuivi jusqu’à l’accouchement, en informer l’équipe de la maternité pour lui permettre d’adapter la surveillance du nouveau-né (fréquence cardiaque et glycémie, cf. Effets néonatals des bêta-bloquants).
  • Dans le glaucome et l’hypertonie intraoculaire
    • Le timolol, le bétaxolol et le cartéolol peuvent être utilisés quel que soit le terme de la grossesse.
      • On choisira si possible une spécialité ophtalmique sous forme « gel » ou « LP », qui minimisent l’exposition systémique par rapport aux collyres « simples ».
      • L’absorption systémique peut être réduite en comprimant l’angle interne de l’œil immédiatement après l’instillation.
    • Si le bêta-bloquant, quel qu’il soit, est poursuivi jusqu’à l’accouchement, prévenir de principe l’équipe de la maternité (cf. Effets néonatals des bêta-bloquants).

ETAT DES CONNAISSANCES

  • Aspect malformatif
    • Les données publiées chez les femmes exposées au 1er trimestre aux bêta-bloquants sont très nombreuses, et aucun effet malformatif particulier n’est retenu à ce jour.
  • Aspect fœtal et néonatal
    • Des effets néonatals sont décrits d’une manière générale chez les nouveau-nés exposés aux bêta-bloquants au moment de la naissance (cliquez ici). Ils sont susceptibles de survenir avec l’ensemble des bêta-bloquants, quelle que soit la molécule, ainsi que lors de l’utilisation par voie oculaire.