Fermer
Imprimer


Substituts nicotiniques - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 5 mars 2018



NICOPASS® - NICOPATCH® - NICORETTE® - NICOTINELL® - NIQUITIN®


  • Le tabagisme maternel actif ou passif peut être responsable de nombreuses complications avant et pendant la grossesse (cf. Etat des connaissances sur le tabac).
  • En cours de grossesse, toutes les mesures destinées à éviter la poursuite du tabagisme sont justifiées, à l’exception de la prescription de bupropion et de varénicline.

ETAT DES CONNAISSANCES

  • Aspect malformatif
    • Les données publiées chez les femmes exposées aux substituts nicotiniques au 1er trimestre de la grossesse (comparées à des femmes fumeuses et des femmes non fumeuses) sont très nombreuses et rassurantes.
  • Aspect foetal et néonatal
    • La nicotine passe le placenta.
    • Aucun effet foetotoxique n’est observé à ce jour chez des femmes utilisant une substitution nicotinique en deuxième partie de grossesse, quel que soit son mode d’administration (patchs, gommes...).
    • Les paramètres fœtaux suivants ont été mesurés : rythme cardiaque fœtal, dopplers fœtaux et utérins, test de bien-être fœtal (réactivité foetale, mouvements actifs, mouvements respiratoires, tonus, quantité de liquide amniotique...)
    • Le poids de naissance et le taux de prématurité des enfants de mères sous substitution nicotinique semblent améliorés par rapport à celui des enfants de mères qui continuent le tabac. Ceci reste à confirmer.


Pictogrammes sur les boîtes de médicaments : le CRAT n’est pas d’accord.


EN PRATIQUE

En cours de grossesse et d’allaitement, toutes les mesures de nature à éviter une imprégnation tabagique active et passive de la femme enceinte puis de l’enfant sont souhaitables.
  • Grossesse
    • Une prise en charge adaptée de la femme fumeuse doit être entreprise, de préférence avant la conception, ou du moins le plus rapidement possible durant la grossesse.
    • En cas d’échec de la prise en charge non médicamenteuse, une substitution nicotinique est possible quel que soit le terme de la grossesse :
      • Toutes les formes de substitution nicotinique sont utilisables (patchs, gommes …) : la forme sera adaptée aux besoins de chaque patiente.
      • Cette substitution sera de préférence mise en route et évaluée dans le cadre d’une consultation spécialisée.
  • Allaitement
    • La nicotine et son métabolite la cotinine passent dans le lait maternel :
      • avec les patchs, les quantités de nicotine et de cotinine ingérées par l’enfant via le lait sont de 7,8 % des doses maternelles rapportées au poids. Chez les enfants allaités, les concentrations plasmatiques de cotinine sont d’environ 13,4 % des concentrations plasmatiques maternelles.
      • avec les autres formes de substitution nicotinique, il n’existe pas de dosages effectués dans le lait ou le plasma des enfants allaités.
      • la demi-vie de la nicotine dans le lait maternel varie entre 60 et 90 minutes.
    • A ce jour, aucun élément inquiétant n’a été signalé chez les enfants allaités de mère sous substitution nicotinique.
    • Au vu de ces éléments, si une substitution nicotinique doit être prescrite :
      • elle sera de préférence mise en route et évaluée dans le cadre d’une consultation spécialisée.
      • toutes les formes de substitution nicotinique sont utilisables (patchs, gommes …) : la forme sera adaptée aux besoins de chaque patiente.
      • si les formes orales sont utilisées, on pourra minimiser l’exposition de l’enfant allaité à la nicotine et à ses dérivés, en prenant le substitut après la tétée et en attendant environ 2 heures après la prise pour remettre l’enfant au sein.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2018 - Tous droits réservés 2018 -