Fermer
Imprimer


Clobazam - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 2 août 2018



URBANYL® - LIKOZAM®


Le clobazam est une benzodiazépine de durée d’action longue et de puissance d’action intermédiaire, utilisée dans le traitement de l’épilepsie et de l’anxiété.
Sa demi-vie d’élimination plasmatique est de 36 à 79 h et il a des métabolites actifs.

L’interruption brutale d’un traitement chronique par une benzodiazépine expose à un risque de sevrage.


ETAT DES CONNAISSANCES

  • Aspect malformatif
    • Les données chez les femmes enceintes exposées au clobazam au 1er trimestre sont peu nombreuses mais le recul est important.
    • Par ailleurs à ce jour, aucun effet malformatif n’est attribué à l’exposition aux benzodiazépines au 1er trimestre de grossesse.
    • Des études cas-témoins très anciennes rapportent un faible risque de fentes labio-narinaires et/ou palatines en cas d’exposition aux benzodiazépines au 1er trimestre de grossesse. La qualité méthodologique de ces études ne permet pas de retenir cette association, qui n’est par ailleurs pas retrouvée dans des études de méthodologie plus satisfaisante et sur des effectifs plus conséquents.
  • Passage placentaire
    • Le clobazam passe le placenta et les concentrations fœtales sont proches des concentrations plasmatiques maternelles.
  • Aspect foetal
    • Une diminution des mouvements actifs fœtaux et/ou de la variabilité du rythme cardiaque fœtal a parfois été observée lors de prises d’une benzodiazépine aux 2ème et/ou 3ème trimestres de grossesse, en particulier à fortes doses. Ces signes sont réversibles à l’arrêt ou à la diminution du traitement.
  • Aspect néonatal
    Les benzodiazépines utilisées jusqu’à l’accouchement peuvent entraîner chez le nouveau-né deux types d’évènements transitoires qui peuvent se succéder :
    • Des signes d’imprégnation, tels qu’une hypotonie axiale et des troubles de la succion entraînant une mauvaise prise de poids, en particulier à forte dose. Ces signes sont réversibles, mais peuvent durer de 1 à 3 semaines en fonction de la demi-vie de chaque benzodiazépine (cf. anxiolytiques : repères pharmacologiques).
    • Moins fréquemment, un syndrome de sevrage néonatal lors de traitements maternels chroniques, même à faibles doses, poursuivis jusqu’à l’accouchement ou arrêtés brutalement quelques jours avant. Il est caractérisé notamment par une hyperexcitabilité, une agitation et des trémulations néonatales survenant à distance de l’accouchement. Son délai d’apparition dépend de la demi-vie d’élimination de la benzodiazépine. Plus celle-ci est longue, plus le délai est important.
  • Aspect neurodéveloppemental
    • A ce jour, aucun signal particulier n’est rapporté sur le plan neurodéveloppemental chez les enfants exposés in utero au clobazam.

EN PRATIQUE

1- Dans l’épilepsie (cliquez ici).

2- Dans les manifestations anxieuses (cliquez ici).



CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2018 - Tous droits réservés 2018 -