Fermer
Imprimer


Alprazolam - Grossesse et allaitement


Mise à jour : 2 août 2018



Pour en savoir plus :

XANAX®


L’alprazolam est une benzodiazépine anxiolytique de courte durée d’action et de forte puissance d’action.
Sa demi-vie d’élimination plasmatique est de 10-20h.

-  De manière générale, la prescription d’un anxiolytique ne doit pas être banalisée, d’autant plus chez la femme enceinte.

  • Avant la prescription d’un anxiolytique il peut être utile d’envisager d’autres stratégies thérapeutiques, y compris non médicamenteuses (cf. HAS).
  • En cas de prescription d’un anxiolytique, on utilisera la posologie minimum efficace pour la durée du traitement la plus courte possible.
  • L’interruption brutale d’un traitement chronique par une benzodiazépine expose à un risque de sevrage.

-  Rappelons que dans les troubles anxieux généralisés et le trouble panique, on pourra utiliser un antidépresseur.


ETAT DES CONNAISSANCES (cliquez ici)


EN PRATIQUE

  • En prévision d’une grossesse
    • Reconsidérer le bien-fondé de la poursuite d’une benzodiazépine en vue d’une grossesse.
    • Si un anxiolytique est indispensable, on préférera utiliser à posologie minimum efficace et pour la durée la plus courte possible :
    • Si ces options ne conviennent pas (escalade posologique, nécessité de posologies d’emblée élevées…), on préférera une benzodiazépine anxiolytique de plus longue durée d’action (ordre alphabétique) : clorazépate, diazépam, nordazépam ou prazépam (cf. anxiolytiques : repères pharmacologiques).
    • Si l’alprazolam présente toutefois un réel avantage, son utilisation est envisageable, à posologie minimum efficace et pour la durée la plus courte possible.
    • Rappelons que dans les troubles anxieux généralisés et le trouble panique, on pourra utiliser un antidépresseur.
  • Traiter une femme enceinte
    • Si un anxiolytique est indispensable, on préfèrera quel que soit le terme de la grossesse, à posologie minimum efficace et pour la durée la plus courte possible :
    • Si ces options ne conviennent pas (escalade posologique, nécessité de posologies d’emblée élevées…), on préférera une benzodiazépine anxiolytique de plus longue durée d’action (ordre alphabétique) : clorazépate, diazépam, nordazépam ou prazépam (cf. anxiolytiques : repères pharmacologiques).
    • Si l’alprazolam présente toutefois un réel avantage, son utilisation est envisageable, à posologie minimum efficace et pour la durée la plus courte possible.
    • Si l’alprazolam est poursuivi jusqu’à l’accouchement, en informer l’équipe de la maternité pour lui permettre d’adapter l’accueil du nouveau-né (cf. Etat des connaissances).
    • Rappelons que dans les troubles anxieux généralisés et le trouble panique, on pourra utiliser un antidépresseur.
  • Découverte d’une grossesse pendant le traitement
    • Ne pas arrêter brutalement l’alprazolam en raison d’un risque de sevrage maternel (voire néonatal si l’arrêt a lieu peu de temps avant l’accouchement).
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif de l’alprazolam.
    • Réévaluer le bien-fondé de la poursuite du traitement.
    • Si un anxiolytique est indispensable, on préfèrera quel que soit le terme de la grossesse, à posologie minimum efficace et pour la durée de traitement la plus courte possible :
    • Si ces options ne conviennent pas (escalade posologique, nécessité de posologies d’emblée élevées…), on préférera une benzodiazépine anxiolytique de plus longue durée d’action (ordre alphabétique) : clorazépate, diazépam, nordazépam ou prazépam (cf. anxiolytiques : repères pharmacologiques).
    • Si l’alprazolam présente toutefois un réel avantage, sa poursuite est envisageable, à posologie minimum efficace et pour la durée la plus courte possible.
    • Si l’alprazolam est poursuivi jusqu’à l’accouchement, en informer l’équipe de la maternité pour lui permettre d’adapter l’accueil du nouveau-né (cf. Etat des connaissances).
    • Rappelons que dans les troubles anxieux généralisés et le trouble panique, on pourra utiliser un antidépresseur.
  • Allaitement


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2020 - Tous droits réservés 2020 -