ACCUEIL
RETOUR


IMPRIMER
MEDICAMENTS
Recherche : méthylphénidate ------- Résultat -> Méthylphénidate - Grossesse et allaitement


Méthylphénidate - Grossesse et allaitement

Mise à jour : 31 mars 2020


CONCERTA® - MEDIKINET® - QUASYM ® - RITALINE ®


Le méthylphénidate est un psychostimulant dont les propriétés sont proches des amphétamines.
Il est utilisé dans les troubles déficitaires de l’attention avec hyperactivité et dans la narcolepsie avec ou sans cataplexie en cas d’inefficacité du modafinil.


ETAT DES CONNAISSANCES

  • Aspect malformatif
    • Les données publiées chez les femmes enceintes exposées au méthylphénidate au 1er trimestre de la grossesse sont très nombreuses et aucun élément inquiétant n’est retenu à ce jour.
    • Le méthylphénidate n’est pas tératogène chez l’animal.
  • Aspect fœtal/néonatal
    • Le passage placentaire du méthylphénidate n’est pas connu mais il est probable au vu de ses caractéristiques pharmacologiques.
    • Les données publiées concernant d’éventuels effets néonatals du méthylphénidate en fin de grossesse sont peu nombreuses.
    • En raison de ses propriétés amphétaminiques, l’administration du méthylphénidate jusqu’à l’accouchement est susceptible en théorie d’entraîner une hyperexcitabilité néonatale.

Psychotropes et grossesse : les points forts (cliquez ici)

EN PRATIQUE

  • En prévision d’une grossesse
    • Une consultation préconceptionnelle permettra de faire le point sur la stratégie thérapeutique en vue d’une future grossesse.
    • Si le maintien du méthylphénidate est indispensable à la prise en charge maternelle, il pourra être maintenu jusqu’au diagnostic le plus précoce possible de la grossesse.
  • Traiter une femme enceinte
    • En raison des propriétés amphétaminiques du méthylphénidate, il est préférable d’envisager une alternative thérapeutique.
    • En l’absence d’alternative, et s’il est indispensable à la prise en charge maternelle, le méthylphénidate pourra être utilisé à la posologie minimum efficace.
    • En cas d’exposition au méthylphénidate jusqu’à l’accouchement, en informer les intervenants prenant en charge le nouveau-né (risque d’hyperexcitabilité).
  • Découverte d’une grossesse en cours de traitement
    • Rassurer la patiente quant au risque malformatif du méthylphénidate.
    • Pour la suite de la grossesse, en raison des propriétés amphétaminiques du méthylphénidate, il est préférable d’envisager une alternative thérapeutique.
    • En l’absence d’alternative, et si le méthylphénidate est indispendable à la prise en charge de la pathologie maternelle, il pourra être poursuivi à la posologie minimum efficace.
    • En cas d’exposition au méthylphénidate jusqu’à l’accouchement, en informer les intervenants prenant en charge le nouveau-né (risque d’hyperexcitabilité).
  • Allaitement
    • Il y a peu de donnée publiée sur méthylphénidate et allaitement.
    • Rappelons que le méthylphénidate est un psychostimulant qui a des propriétés amphétaminiques.
    • Sa liaison aux protéines plasmatiques est faible (10-30%), ce qui est un facteur de passage important dans le lait.
    • Au vu de ces données, il est préférable de ne pas utiliser le méthylphénidate chez une femme qui allaite.

Seuls quelques noms de spécialités sont mentionnés dans ce site. Cette liste est indicative et n’est pas exhaustive.


CRAT - Centre de Référence sur les Agents Tératogènes
Hôpital Armand Trousseau, 26 avenue du Docteur Arnold Netter, 75012 PARIS
Fax : +33 (0)144735395
- Réservé au corps médical.
www.lecrat.fr


Copyright CRAT 2020 - Tous droits réservés 2020 -

Recherche autre médicament :

Par saisie


 
Par ordre alphabétique
  A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 
  BIBLIOGRAPHIE